Brian Jungen est l’une des figures marquantes à l’heure actuelle sur la scène canadienne et internationale. Unique, son esthétique concilie les principaux enjeux d’une représentation teintée d’un symbolisme critique avec l’affirmation de ses origines métissées, suisse et autochtone (sa mère appartenait à la communauté de la Doig River de la nation Danezaa). Transformant littéralement et avec une certaine virtuosité technique et plastique toute une panoplie d’objets utilitaires et connotés (souliers de course, bâtons de baseball, sacs de golf, chaises de jardin en résine, …), il recrée un monde fantastique où l’objet de consommation banal ou convoité pour son statut devient porteur de sens nouveaux. Transformées en versions déjantées et politiques de masques aborigènes, de grands totems ou de bâtons shamaniques, ou encore en formidables squelettes de cétacés, ses sculptures hybrides, cohérentes et concises ont acquis une grande notoriété.

Présentée au Musée l’été dernier au sein de l’exposition Zoo, la sculpture Tomorrow, Repeated, de 2010, reprend les stratégies auxquelles Jungen nous a habitués : la réapparition d’objets reconnaissables et leur association apparemment fortuite ; dans ce cas précis, une peau d’orignal tendue sur des pièces de carrosserie automobile et déposée sur un socle qui est en fait un congélateur tout blanc. Outre les rapports qu’elle établit avec la pratique de la chasse (pour des motifs de survie), avec la manière d’en conserver le produit (dans le congélateur) et avec la notion de trophée (le harnachement triomphal de la bête sur le toit des véhicules), l’oeuvre repositionne l’objet sculptural dans le contexte de son histoire, celle de l’art — et par extension celle de l’artiste — tout comme elle suggère une narrativité particulière, troublante et puissante. Pour cette nouvelle acquisition, le Musée a bénéficié du soutien du Conseil des Arts du Canada dans le cadre du Programme d’aide aux acquisitions.

Josée Bélisle, conservatrice de la Collection